Le Pas-de-Calais en alerte pollution

pollution

Après l’Île-de-France et la bordure des Alpes, le nord de la France subit à son tour un important pic de pollution. La préfecture du Pas-de-Calais a pris lundi un arrêté obligeant à partir de mardi les automobilistes à réduire de 20 km/h leur vitesse sur tous les axes routiers de la région, placée en alerte en raison d’un épisode de pollution aux poussières en suspension.
Si le niveau de 80 µg/m3 en moyenne glissante sur 24 heures n’a pas été atteint, le Nord et le Pas-de-Calais seront automatiquement placés en niveau d’alerte dès mardi en raison de la persistance, sur quatre jours, de cet épisode de pollution.
«Compte tenu des dépassements du niveau d’information et de recommandation depuis samedi, le niveau d’alerte sur persistance est prévu pour demain mardi», prévient la préfecture dans un communiqué. Cet épisode de pollution s’explique notamment par un faible vent et un brouillard persistant.

Pas de circulation alternéepollution2

Pour y mettre fin, la préfecture du Nord a décidé d’appliquer entre mardi minuit et jusqu’à mercredi minuit des mesures pour limiter la vitesse des véhicules motorisés dans ces deux départements. L’arrêté préfectoral abaisse ainsi les vitesses maximales à 110, 90 et 70 km/h au lieu de 130, 110 et 90 km/h. Sur les portions habituellement à 130 et 110 km/h, «la vitesse des poids-lourds d’un poids total autorisé en charge supérieur à 3,5 tonnes est limitée à 80 km/h», ajoute la préfecture.
En parallèle, les autorités recommandent de privilégier les transports en commun et le covoiturage. Elles rappellent que les brûlages à l’air libre et les feux d’agrément sont interdits. A la différence de l’Île-de-France et de Grenoble, aucune mesure de circulation alternée n’est annoncée. Compte tenu des conditions météorologiques, cet épisode de pollution devrait être terminé mercredi. Le dernier pic de pollution dans le nord de la France remonte au 8 décembre.

Les mesures à respecter

Les mesures sanitaires conseillées dès le niveau d’information restent également en vigueur, à savoir:

  • Éviter les activités physiques intenses et sportives augmentant le volume d’air inhalé.

  • Ne pas fumer, ni s’exposer à la fumée, ni utiliser de solvants ou de produits irritants, afin de ne pas aggraver les effets de cette pollution.

  • Respecter le traitement médical en cours et consulter un médecin en cas de gêne respiratoire

    pollution3