Législatives. Gros couac à Fougères pour La République En Marche

Marie-Pierre Vedrenne aura été la candidate officielle de LREM durant 5 jours dans la 6e circonscription d’Ille-et-Vilaine (Fougères). | Photo : Ouest-France.

Coup de théâtre. Alors que La République en Marche avait investi Marie-Pierre Vedrenne pour les élections législatives, la liste officielle des candidats fournie par la préfecture d’Ille-et-Vilaine indique que Nolwenn Vahé s’est également présentée sous l’étiquette LREM. Ce sera finalement cette dernière qui portera officiellement les couleurs de la majorité présidentielle. Explications.

Gros couac pour La République en Marche dans la 6e circonscription d’Ille-et-Vilaine, celle de Fougères. Alors que Marie-Pierre Vedrenne, avait été investie lundi par le parti du président de la République, la liste officielle de dépôts de candidature faisait apparaître deux candidates aux élections législatives des 11 et 18 juin pour LREM : Marie Pierre Vedrenne et Nolwenn Vahé.

De la 2e à la 6e circonscription

Cette dernière, ingénieure en environnement de 35 ans avait, dans un premier temps, candidaté dans la 2e circonscription, à Rennes, déjà théâtre d’un sacré rebondissement avec le parachutage de Gaspard Gantzer, un proche d’Emmanuel Macron et conseiller communication de François Hollande.

Devant le tollé suscité par son investiture, il avait fini par renoncer, 24 heures, seulement, après avoir été désigné. Nolwenn Vahé, attendait donc légitiment une confirmation officielle et s’était déjà quasiment mise en campagne. Sauf que c’est finalement la candidature de Laurence Maillart-Méhaignerie qui a été retenue.

Une absence qui ne passe pas

L’affaire semblait réglée. Sauf que La république en Marche a été obligée de jouer les équilibristes. Lorsque les instances parisiennes de la commission nationale d’investiture (CNI) ont découvert que Marie-Pierre Vedrenne serait absente trois semaines en pleine campagne de l’entre-deux tours pour raisons professionnelles (1), leur sang, lui, n’a fait qu’un tour. « Un représentant de la CNI m’a appelé jeudi soir pour savoir si je pouvais décaler mon voyage, raconte la jeune femme. Or il m’avait investi en connaissance de cause et j’étais là pour me battre pour un projet, j’ai été claire et transparente. Mon équipe était déjà mobilisée. Et j’ai reçu un autre appel ce vendredi soir pour me dire que j’étais désinvestis. » Le nom de Nolwenn Vahé, la candidate déchue de la 2e, est alors (re) sorti du chapeau… dans la 6e.

Un boulevard pour Thierry Benoît ?

Le député sortant Thierry Benoît va profiter de ce revirement de dernière minute autour de la candidature LREM à Fougères.

Dans les rangs du comité local d’En Marche, c’est la consternation. « Cela manque franchement de courtoisie, note Jean-Claude Rault, le directeur de campagne de la candidate désinvestie. Je n’étais pas habitué à ce genre de choses. Il est hors de question d’aller soutenir quelqu’un d’autre. »

Force est de constater qu’en quelques jours une équipe solide et motivée s’était constituée autour de Marie-Pierre Vedrenne. « Ça sent l’amateurisme », tance un de ses proches.

Et si elle décidait d’y aller quand même ? « Je veux en discuter avec mon équipe de campagne », concède-t-elle, se laissant le temps de la réflexion. La politique est cruelle et ce couac prouve que La République en Marche ne s’est pas affranchie des tripatouillages électoraux.

Au-delà d’entamer la crédibilité de LREM dans ces élections législatives, c’est un boulevard qui s’ouvre devant le député sortant Thierry Benoît, étiqueté UDI. Mais c’est vrai que ce dernier n’avait pas caché être Macron compatible. Quant à l’autre animal politique de la circonscription, le frontiste Gilles Pennelle, il doit lui aussi se frotter les mains de ce nouveau revirement de situation.

(1) Directrice de la Maison de l’Europe est la seule française à avoir été sélectionnée par le Département d’État américain pour participer à Washington à un programme d’échange international l’obligeant à s’absenter du 4 au 24 juin

Publicités