Législatives : l’animatrice du comité En Marche ! s’en va pour le PS  

Marine Berrabeh-Lecoarer, qui avait rejoint la grande marche volontaire en mai 2016 lancée par Emmanuel Macron, a décidé de quitter le comité En Marche ! le Calaisis qu’elle animait depuis sa création, en septembre. Elle a choisi d’apporter son soutien à Yann Capet, le député sortant, aux prochaines législatives en juin . La Calaisienne de 42 ans motive d’abord son choix par « un manque de transparence et de respect » de la part des instances départementales du mouvement du nouveau président de la République Emmanuel Macron.

La militante, auxiliaire de vie sociale, ne cache pas sa déception. « J’ai mené une campagne pendant un an sur mes propres deniers, j’ai œuvré en toute transparence pour changer la société. J’ai été contactée pour animer le comité local dès sa création. Ils ont été séduits aussi par le fait que je n’ai jamais été cartée dans un parti politique, explique-t-elle. Après l’élection d’Emmanuel Macron, je n’ai eu aucun contact avec la référente de la commission pour les législatives du Pas-de-Calais. On a l’impression que le Calaisis est un monde à part». Marine Berrabeh-Lecoarer a aussi été déçue par la politisation du comité En Marche ! à l’échelle du Calaisis, alors qu’au départ c’est « un mouvement citoyen »

« UN BINÔME MODEM, PAS EN MARCHE ! »

Pour les législatives des 11 et 18 juin prochains, les instances départementales d’En Marche ! ont choisi d’investir Dominique Piedfort, directrice de l’Université régionale des métiers de l’artisanat de Calais, qui aura pour suppléant Jean-Marc Leroy, adjoint (MoDem) à la maire de Calais en charge de la santé .

« Dominique Piedfort est inconnue à Calais. Ce ne sont pas des candidats En Marche ! C’est la cuisine sauce MoDem. J’étais prête à soutenir un candidat En Marche, pas un candidat MoDem ».

Après avoir claqué la porte du comité local, Marine Berrabeh-Lecoarer a décidé de rejoindre l’équipe du député sortant Yann Capet, en lice sur la septième (notre édition de dimanche). « J’ai eu l’occasion de rencontrer Monsieur Capet. C’est un progressiste qui défend un équilibre social. Ce sont des valeurs auxquelles je suis très attachée. Yann Capet a déjà une expérience de député. J’ai pu voir qu’il se battait pour le territoire. En toute discrétion, sans doute de manière moins médiatique que la maire de Calais, motive-t-elle. Olivier Majewicz, son suppléant, a soutenu Emmanuel Macron pendant la présidentielle. C’est un bon binôme ».

Source La Voix du Nord
Publicités