Dans le Béthunois, Bruno Dubout (La France insoumise) contre l’extrême droite et l’ultralibéralisme

« Les députés de la France insoumise sont les seuls qui n’autoriseront pas Emmanuel Macron à légiférer par ordonnances », assure Bruno Dubout.

L’engagement à gauche de l’avocat béthunois, 59 ans, n’est pas neuf : il a été conseiller municipal de Jacques Mellick, de 1983 à 1991, et adjoint à la culture de Bernard Seux, de 1997 à 2002. «  J’ai été à l’origine de la création du festival des arts de rue Z’Arts Up ! et du centre d’hébergement et de réinsertion sociale Le Phare. Ce sont mes deux fiertés.  »

Au-delà de la politique, Bruno Dubout a «  toujours milité pour les valeurs de la gauche. Sur le plan associatif, je m’investis dans l’insertion par le logement et le travail et pour l’aide aux migrants. Professionnellement, je me suis battu contre le démantèlement du camp de Norrent-Fontes. Socialement, j’adhère au Syndicat des avocats de France, le moins corporatiste de la profession, en pointe pour l’accès de tous à la justice et contre la loi travail.  »

« Le seul point clair du programme de Macron, c’est démanteler le droit du travail et précariser les salariés. »

La lutte contre l’«  aggravation  » de la loi El Khomri est le fil rouge de sa campagne. «  Les gens ne se rendent pas compte de ce que ça veut dire. Macron est un formidable produit marketing mais le seul point clair de son programme, c’est démanteler le droit du travail et précariser les salariés. Avec les ordonnances, ça peut aller très vite.  »

À l’en croire, les députés de la France insoumise seraient le seul rempart contre «  l’extrême droite, le racisme et l’exclusion  » d’une part et contre « l’ultralibéralisme  » d’autre part. «  La République en marche et Les Républicains soutiennent évidemment ce programme à fond. Stéphane Saint-André a certes refusé l’investiture En marche ! mais s’il a d’abord été investi, c’est parce qu’on sait qu’il voterait les lois de Macron. Pendant son mandat, il n’a pas levé le petit doigt contre la loi travail.  »

« Dynamique » Mélenchon

LA RÉVOLUTION CITOYENNE DE MACRON OU DE MÉLENCHON ?(1)

Restent le Parti communiste et Europe écologie – Les Verts. «  À titre personnel, je regrette que l’union ne se soit pas faite. Localement, j’ai tenté de courtes démarches qui n’ont pas abouti. Mais nous sommes mieux placés : il y a eu une vraie dynamique autour de Jean-Luc Mélenchon pendant la présidentielle. On peut gagner.  »

À l’échelle de la circonscription, «  on se préoccupe des entreprises en difficulté, on est en rapport avec les organisations syndicales pour éviter les licenciements  ». Pour le reste, Bruno Dubout revendique son soutien à l’ensemble du programme de la France insoumise, «  y compris la VIe  République, pour en finir avec un système sclérosé  ».

Cela passe par la moralisation de la vie politique : «  hostile à toute forme de cumul des mandats, en nombre et dans le temps  », il souhaite aussi « reconsidérer les conditions d’attribution de la réserve parlementaire. Ça ne peut plus être un caprice du député, il faut au moins en débattre avec les élus locaux  ».

Par Ruben Muller / La Voix    du Nord

(1)POUR EN SAVOIR PLUS 

Publicités