Et voilà la première demande de démission du quinquennat Macron par le FN

Plus fort que Jean-François Copé (pourtant pas peu productif en la matière), le Front national s’est fait une spécialité de demander des démissions. Le quinquennat Hollande, avec diverses affaires concernant des ministres et des résultats économiques contestés, leur avait offert de nombreuses occasions de réclamer des têtes – même si ce n’était pas toujours très sérieux. Le quinquennat Macron, lui, vient tout juste de commencer. Plus précisément, le gouvernement Philippe a été annoncé il y a une semaine pile poil. Et pour *fêter* ça, quelqu’un au Front demande la démission de quelqu’un au gouvernement.

En l’occurrence, il s’agit de nulle autre que Marine Le Pen estimant, mercredi 24 mai, que Richard Ferrand doit quitter son poste de ministre de la Cohésion des territoires, après que Le Canard Enchaîné a révélé une affaire immobilière opérée par lui-même et son épouse. La candidate défaite au second tour de la présidentielle et présidente du FN lui demande de « poser sa démission », ce qui serait « la moindre des choses », lors de l’émission Questions d’info (LCP, Le Monde, AFP, franceinfo:) :

Marine Le Pen est donc la première personnalité politique de premier plan à s’engouffrer de la sorte dans cette brèche. Mais pour être tout à fait honnête, les jeunes socialistes avaient déjà formulé la même demande concernant Richard Ferrand un peu plus tôt ce mercredi :



AFFAIRE FERRAND : LES JEUNES SOCIALISTES DEMANDENT QUE LE MINISTRE NE LE SOIT PLUS !

Les Jeunes Socialistes demandent solennellement au Président de la République et au Premier ministre de relever Richard Ferrand de ses fonctions suite aux révélations du Canard enchaîné. 

Si tel n’était pas le cas, la crédibilité de ce gouvernement sur la moralisation de la vie publique, alors qu’une loi à ce sujet est en cours de préparation, serait sévèrement entachée. Ce pouvoir, déjà lié au monde de l’argent roi, doit se mettre à la hauteur du niveau d’exigence de nos concitoyens. 

À l’heure où l’extrême droite est si forte dans les urnes et les esprits et prospère sur la défiance envers une classe politique perçue comme corrompue, nul ne peut faire l’économie de l’exemplarité. L’exécutif doit agir vite.

]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s