Nicolas Hulot devient la personnalité politique préférée des Français

Nicolas Hulot devient dès son entrée au gouvernement la personnalité politique préférée des Français, selon le baromètre mensuel BVA-La Tribune-Orange. (Crédits : Charles Platiau)

La Tribune s’est associée avec l’Institut BVA et Orange afin de publier un « Observatoire de la politique nationale ». La vague de mai montre qu’avec son entrée au gouvernement Nicolas Hulot devient immédiatement la personnalité politique préférée des Français.

C’est l’effet gouvernement! Tout juste nommé ministre de l’Écologie, Nicolas Hulot devient la personnalité politique dont les Français espèrent qu’elle va jouer un rôle majeur pour l’avenir.  De fait, la dernière vague de mai de l’enquête BVA-La Tribune-Orange*, dont nous publions les résultats en exclusivité, montre que la nomination de l’ex-présentateur télé suscite une réelle dynamique en sa faveur avec 58% des Français qui souhaitent qu’il joue un rôle important.

Hulot Superstar., Le Drian à la cote, Juppé fait de la résistance

Il se classe d’emblée en tête des personnalités testées par ce baromètre mensuel. Sa cote est notamment très élevée chez les sympathisants de gauche (71%) et chez les proches de « La République en marche » (82%). C’est nettement moins le cas à droite (41%).

Autre surprise qui montre cet effet gouvernement, l’ancien ministre de la Défense de François Hollande, Jean-Yves Le Drian, devenu le ministre des Affaires étrangères d’Emmanuel Macron, arrive en seconde position avec une cote d’influence de 42%… contre 28% le mois dernier. En troisième position sur podium, figure l’inusable Alain Juppé (39%). Malgré ses déboires politiques, le maire de Bordeaux suscite toujours manifestement un grand respect auprès des Français. Belle percée de Bruno Le Maire, également entré au gouvernement au ministère de l’Economie, qui se place quatrième (35%).

Mélenchon apprécié à gauche…

Si, maintenant, on se concentre sur les camps politiques, incontestablement Jean-Luc Mélenchon conserve son leadership à gauche, même s’il ne domine plus le classement, comme cela avait été le cas en avril avant le premier tour de la présidentielle. Sa cote d’influence auprès de l’ensemble des Français a en effet chuté en un mois de 44% à 32%. Pour autant, il conserve une réelle influence à gauche puisqu’il demeure la personnalité que les sympathisants de la gauche non socialiste souhaite le plus avoir d’influence à l’avenir (82%). Pour autant, il continue d’être à la peine chez les sympathisants PS (32%) qui lui préfèrent, on l’a vu, Nicolas Hulot mais aussi Benoit Hamon et Bernard Cazeneuve (73% chacun).

… et Baroin à droite

A droite, c’est François Baroin, profitant de sa fonction de chef de file de l’alliance « Les Républicains »/UDI pour les législatives, qui tire le mieux son épingle du jeu. Ce sont 67% des sympathisants de droite (et même 71% chez les LR) qui souhaitent qu’il joue un rôle important dans l’avenir. Il précède Xavier Bertrand (53%) et Laurent Wauquiez (53% également). En revanche, toujours à droite, Bruno Le Maire n’arrive qu’en septième position… preuve que son entrée au gouvernement n’a pas été du goût de sa famille politique d’origine….

Emmanuel Macron ne se différencie pas de ses prédécesseurs

Enfin, le baromètre a aussi testé la popularité du nouveau président de la République, juste après son élection. Et il s’avère qu’Emmanuel Macron jouit d’une popularité similaire, au même moment, à celle des présidents qui l’ont précédé. Ainsi, 62% des Français déclarent avoir une bonne opinion du nouveau chef de l’Etat. François Hollande, lui, recueillait 61% à son arrivée à l’Elysée, Nicolas Sarkozy 63%, Jacques Chirac 62% en 1995 et François Mitterrand 61% en 1981. Il n’y a donc pas un « phénomène » particulier avec Emmanuel Macron.

* Enquête réalisée sur un échantillon de 1.011 personnes (méthode des quotas) interrogées entre les 22 et 23 mai.

Publicités