Collecte des déchets ménagers : conséquences de la mise place généralisée des points d’apport volontaire pour les personnes en situation de handicap

Marguerite Desprez (Majorité Présidentielle/Modem) et Pierre Emmanuel Gibson (Les Républicains-UDI) candidats aux élections législatives. Les électeurs sont aussi des contribuables…

 Il ne s’agit pas pour nous d’appuyer  la où cela fait mal et enfoncer davantage encore l’exécutif municipal béthunois (dont deux adjoint se présentent aux élections législative dans la 9eme circonscription du Pas de Calais.). Mais cette question écrite, du député communiste

Photo illustrant sur le blog du Député de la 5e circonscription du Puy-de-Dôme. Les voies du seigneurs sont impénétrables

André chassaigne, frappé du bon sens  et de la connaissance du terrain, illustre par contraste, l’irresponsabilité des élus béthunois qui ont défendu ce coûteux projet de mise en place d’apport volontaire (PAV), aujourd’hui abandonné avec une ardoise de près de 1  million d’euros pour les contribuables . comble de l’ironie, la photo illustrant son intervention sur son blog provient du Mont Liébaut de Béthune…

« Monsieur André Chassaigne interroge Madame la Secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées sur les conséquences de la mise place généralisée des points d’apport volontaire pour les personnes en situation de handicap. De nombreux gestionnaires de collecte d’ordures ménagères ont choisi de mettre en place des points d’apport volontaire (PAV). Ces points regroupent plusieurs bacs identifiés par des couleurs différentes permettant d’effectuer un tri lors de la dépose de déchets. L’accès à la goulotte d’entrée de chaque container est conditionné par la lecture d’un badge.

Cette mise en place entraîne la suppression des collectes effectuées au domicile des personnes ou au plus près des foyers. Or, elle n’est pas sans conséquence pour les personnes en situation de handicap ou en perte d’autonomie. S’ajoutant à la simple difficulté générée par le déplacement en lui-même et le transport des déchets ménagers, l’accès aux goulottes d’entrée peut s’avérer rédhibitoire pour les personnes en situation de handicap ou en perte d’autonomie. La seule solution est alors l’appel à la solidarité de personnes autonomes.

Cette situation va indéniablement à l’encontre des ambitions portées par la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

André Chassaigne demande à Madame la Secrétaires d’Etat d’alerter les différents gestionnaires de collectes d’ordures ménagères pour que la situation de handicap des personnes soit prise en compte individuellement lors de la collecte des ordures ménagères. »

Publicités