LE MAIRE DE BÉTHUNE A LES YEUX DE CHIMÈNE POUR MISS BÉTHUNE

A ce jour, s’il est une manifestation qui marquera le mandat d’Olivier Gacquerre , c’est bien le concours miss France  et son étape béthunoise. Visiblement la municipalité n’est pas avare de subsides pour ce spectacle contesté par ailleurs par les féministes  pure sucre. pour qui ce concours est ringard et qui n’élève pas le niveau quant à la place des femmes dans notre société.  

Ce qui est bien dans Miss France c’est qu’on retrouve bien le reflet de la position sociale de la femme en France aujourd’hui.

On supprime le repas des médaillés du travail par souci d’économie mais on ouvre grand les vannes  de l’argent public pour l’élection de Miss Béthune. Et le président du CCAS béthunois a déjà affrété un bus haut de gamme pour assister à la finale régionale comme l’année précédente d’ailleurs. Est-ce bien au CCAS de financer ces opérations clientélistes?

Plusieurs reproches  sont adressés par les féministes à ces manifestations, notamment pour l »association « Osez le féminisme(1) ». D’abord, de promouvoir le culte des apparences. Le culte des apparences ! Tiens tiens, mais c’est ce que nous dénonçons depuis l’élection du trio Gacquerre (UDI)-Gibson (Les Républicains)-Desprez (Modem) à l’hôtel de ville. Que du vent…

(1) Communiqué de l’association : « Ce n’est pas en mettant en concurrence des femmes qu’on améliore la condition féminine. Ce concours est ringard en cela qu’il considère encore les femmes comme des potiches, qui ne doivent surtout pas déborder du cadre défini. Toutes les jeunes femmes qui s’apprêtent à concourir devant les caméras valent beaucoup mieux que l’écharpe et le diadème. Les femmes n’ont pas à se plier à un concours de beauté pour définir leur valeur. Elles seules la définissent. »

Publicités