Les projections donnent à Emmanuel Macron une majorité absolue

Le parti d’Emmanuel Macron semble largement favori pour empocher la majorité absolue aux législatives.

C’est une constante maintenant depuis plusieurs jours. Toutes les projections faites par les instituts de sondages pour les législatives donnent une très large majorité au parti d’Emmanuel Macron. L’enquête Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France publiée mardi accorde ainsi 385 à 415 sièges pour La République en Marche. Une projection proche de celle du 2 juin réalisée par le Cevipof et Ipsos Steria pour Le Monde qui octroyait 395 à 425 sièges pour le mouvement d’Emmanuel Macron. Dans le sondage OpinionWay/Orpi pour Les Echos et Radio Classique publié le 1er juin, la République en Marche était cette fois gratifiée de 335 à 355 sièges.

Vers la plus large majorité parlementaire depuis 1993?

En moyenne selon ces trois sondages, le mouvement d’Emmanuel Macron obtiendrait donc entre 371,66 (pour la fourchette basse) et 398,33 sièges (pour la fourchette haute). Une performance qui serait exceptionnelle sachant que le mouvement n’existait pas il y a un peu plus d’un an et qu’En Marche et le MoDem présentent en réalité des candidats seulement dans 526 circonscriptions des 577 possibles. Si Emmanuel Macron parvenait à faire élire 400 députés, il obtiendrait la plus large majorité parlementaire depuis 1993 – la quatrième depuis 1958.
L’hypothèse d’une très large majorité pour le mouvement d’Emmanuel Macron est confirmée par les premiers résultats dans les circonscriptions des Français de l’étranger. Le parti du président obtient plus de 50% des voix dans huit circonscriptions sur onze, dans un contexte de participation très faible. A priori, la République en Marche semble pratiquement assurer de gagner dix circonscriptions sur onze. La huitième circonscription des Français de l’étranger – qui comprend notamment Israël et où le député sortant UDI Meyer Habib – est bien implanté semble plus disputée.

La déconfiture probable du PS des Républicains et de l’UDI

Les autres partis pourraient en tout cas être laminés à l’issue des législatives si on en croit la moyenne des dernières projections. Le PS et ses alliés obtiendraient en effet entre 23,33 (fourchette basse) et 35 sièges (fourchette haute). En 2012, le PS et ses alliés (hors écologistes) avaient obtenu 313 sièges. En 1993, lors de sa pire défaite électorale sous la Ve République, le PS avait tout de même réussi à sauver 57 sièges. Un chiffre qui fait rêver beaucoup de socialistes aujourd’hui.
Après avoir rendu ingagnable une élection réputée imperdable, les Républicains et l’UDI s’attendent eux à voir leur nombre de députés diminuer à l’Assemblée. Les projections leur accordent en moyenne entre 115 (fourchette basse) et 135 sièges (fourchette haute). Dans la dernière assemblée, les Républicains et l’UDI avaient gagné 225 sièges.
Avec seulement deux députés sortants, le Front national devrait voir son nombre de députés progresser à l’Assemblée. Le parti obtient entre 5,66 et 15,66 sièges, selon la moyenne des trois dernières projections. Mais le Front national ne semble pas en mesure de rééditer sa performance de 1986 quand le parti de Jean-Marie Le Pen avait obtenu 35 sièges dans une élection à la proportionnelle intégrale.
Alors que Jean-Luc Mélenchon s’était posé en opposant numéro 1 à Emmanuel Macron après la présidentielle ambitionnant de devenir son Premier ministre de cohabitation, la France insoumise n’est pour sa part créditée que de 15,33 (fourchette basse) à 24,33 sièges (fourchette haute).

Publicités