Emmanuel Macron à la rencontre des salariés de GM&S

 

Emmanuel Macron s’est rendu à Bellac, en Haute-Vienne, à la rencontre des salariés de l’usine GM&S, vendredi 9 juin

Après une première séquence internationale réussie, Emmanuel Macron s’est de nouveau retrouvé confronté aux dossiers nationaux, bien moins gratifiants. Venu vendredi à la rencontre des salariés de GM&S, l’équipementier automobile creusois menacé de liquidation, le président de la République s’est retrouvé confronté à des salariés parfois très remontés.

Interpellé par deux femmes, le chef d’État a assuré qu’il faisait « le maximum » pour venir en aide à l’usine d’équipement automobile de La Souterraine, avant d’ajouter : « Madame, je ne suis pas le Père Noël, le concret, on le fera ensemble ». « C’est une région qui va mourir monsieur Macron ! « , l’a interrompu un homme, évoquant les principaux donneurs d’ordres de GM&S, les constructeurs Renault et PSA, qui « gagnent des milliards ». 

Le président de la République a également annoncé la création d’une « cellule de crise » pour travailler aux conditions de la reprise “et à laquelle vont être associés les salariés », a annoncé aux employés et à la presse un élu CGT du personnel, à l’issue d’une rencontre d’une bonne heure avec le chef de l’État, à la sous-préfecture de Bellac (Haute-Vienne). Cette réunion a également convenu d’une nouvelle rencontre vendredi 16 juin à Bercy avec le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, les constructeurs automobiles PSA et Renault (principaux clients de GM&S), et des représentants des 277 salariés, pour un point sur le dossier.

 

Publicités