Ce rapport explosif discrètement enterré qui accable un proche d’Emmanuel Macron

Jean-Paul Delevoye, président de la commission nationale d’investiture d’En Marche !, est épinglé par un rapport concernant la gestion du Conseil économique, social et environnemental, du temps où il en était le président.

 

Les termes sont édifiants : « crise de modernisation », « augmentation du stress et des facteurs anxiogènes », « dévalorisation des agents », « confusion des missions et des moyens ». En 2013, le Conseil économique, social et environnemental commande un rapport au cabinet Technologia (proche du syndicat Force Ouvrière) pour évaluer le management après cinq années de présidence de Jean-Paul Delevoye, un homme de 70 ans devenu depuis président de la commission nationale d’investiture du mouvement En Marche !.

Le texte de ce rapport de 103 pages sera tellement accablant qu’il aurait alors été soigneusement enterré. Mais le site Internet « L’oeil pour le dire » a réussi à « l’exhumer ». En effet, les salariés de l’institution y dénoncent notamment une ambiance “tendue” (pour 62 % d’entre eux), « conflictuelle” (58 %), “anxiogène” (53 %) ou encore “malveillante” (30 %). Par ailleurs, 27,5% des répondants sont exposés de manière élevée ou très élevée à l’épuisement professionnel. Les conséquences sont alors multiples : « multiplication des arrêts de travail et des cas de burn out, tentative de suicide avérée par la médecine du travail, plainte en justice pour harcèlement, distributions de tracts syndicaux à l’intérieur et à l’extérieur de la maison – une première dans l’histoire du Conseil- mobilisation des partenaires sociaux », liste « L’oeil pour le dire ».!

Mais le rapport ne s’arrête pas là et pointe du doigt une suspicion de conflits d’intérêts corroborée, selon les experts, par des témoignages internes. En effet, Jean-Paul Delevoye est également maire de Bapaume, une ville de 15 000 habitants dans le Pas de Calais. Est alors évoqué un « certain malaise quant à une confusion des missions et des moyens due à la détention en parallèle d’un mandat électif par le Président a également été relevé ».

Le rapport aurait dû être rendu public en 2014… mais son contenu est si explosif qu’il sera tout bonnement enterré, à la demande expresse de Jean-Paul Delevoye, selon le cabinet d’expertise. Le texte, qui aurait coûté la bagatelle de 30.000 euros, aurait même acquis le surnom de « rapport fantôme ».

 

Publicités