Attentat déjoué à Marseille: un meeting de Marine Le Pen était visé

Selon Libération, les deux hommes arrêtés à Marseille quelques jours avant le premier tour de la présidentielle préparaient un attentat contre un meeting du Front national.
A cinq jours du premier tour de la présidentielle, deux jeunes hommes « radicalisés », soupçonnés de vouloir perpétrer une attaque « imminente », avaient été arrêtés à Marseille, en possession d’armes à feu et d’une grosse quantité d’explosif artisanal. Clément Baur, 23 ans, et Mahiedine Merabet, 29 ans, avaient été cueillis aux abords de leur appartement le 18 avril dernier. Libération affirme ce vendredi qu’ils visaient un meeting de Marine Le Pen le lendemain à Marseille. Des recherches avaient été effectuées sur les bars de la ville et il semble aussi, selon le quotidien, qu’une attaque contre des bureaux de vote marseillais ait été envisagée.

La rumeur d’un attentat contre Fillon infondée

Un important arsenal, notamment plus de trois kilos de TATP, l’explosif artisanal prisé des djihadistes, une grenade artisanale ainsi qu’un fusil mitrailleur, deux pistolets , des munitions et un drapeau de l’EI, avaient été saisis dans l’appartement des deux hommes. Ces derniers cherchaient également à entrer en contact avec l’État islamique, notamment pour transmettre « une vidéo d’allégeance ou de revendication », selon le procureur. Interceptée le 12 avril par la DGSI, cette vidéo montrait une table sur laquelle était posée un fusil mitrailleur UZI, le drapeau noir de l’organisation Etat islamique, des dizaines de munitions disposées afin d’écrire « la loi du talion » et la Une du journal Le Monde du 16 mars, où figurait François Fillon. La rumeur qu’un meeting du candidat LR était visé s’était alors répandue

Source JDD.Fr

Publicités