Chiche ?

Guillaume DuvalRédacteur en chef d’Alternatives Economique

« Il y a dans notre France, sur les problèmes vitaux, une inertie de la pensée, une somnolence de l’esprit, qui nous exposent à toutes les surprises, jusqu’au jour où se produisent ces lumineux réveils qui viennent heureusement, quoiqu’à de trop longs intervalles, sauver notre pays », écrivait Jean Jaurès en 1914. Les Français faisaient preuve jusqu’ici d’un pessimisme exceptionnel : en octobre dernier, 88 % d’entre nous pensaient que la France allait dans la mauvaise direction, selon l’institut de sondages Ipsos. C’est le niveau le plus élevé des 26 pays, émergents et développés, couverts par cette étude. Dans ce contexte de déprime collective, l’entrée à l’Elysée du plus jeune président de toute l’histoire de la République marque un tournant : nous avons tous envie d’y croire.

Pour enrayer la déprime collective la liste des défis du président est longue

Mais pour que ce déclic nous sorte durablement de cette spirale négative, il faut s’attaquer aux principales faiblesses que ni la droite ni la gauche classiques n’ont réussi à surmonter pour l’instant. Emmanuel Macron sera-t-il celui qui parviendra – enfin – à briser la résistance acharnée opposée jusqu’ici par l’appareil d’Etat français à un engagement de plain-pied dans la transition énergétique et la conversion écologique de notre économie ? Sera-t-il le président qui réussira enfin à faire que la République tienne ses promesses d’égalité à l’égard des immigrés et de leurs descendants, en combattant toutes les formes de discrimination selon l’origine et la couleur de peau ? Sera-t-il celui qui parviendra enfin à vaincre la malédiction qui veut que notre système scolaire soit l’un de ceux qui reproduisent le plus les inégalités sociales ? Parviendra-t-il à faire sortir enfin les entreprises françaises de l’ère féodale, en donnant à leurs salariés les droits et les pouvoirs qui correspondent à leur apport à la création des richesses ? Prendra-t-il enfin la tête du combat pour tordre le cou au dumpingfiscal et social en Europe ?

S’il y réussit, il rendra un immense service au pays. Il est évidemment beaucoup trop tôt pour le savoir. Force est cependant de constater que ses premiers gestes, tant dans le choix des personnalités nommées à son gouvernement qu’avec les premières priorités fixées à son action, ne vont pas tous dans cette direction.

ALTERNATIVES ECONOMIQUES

Publicités