Xavier Bertrand: «On n’a peut-être plus grand-chose à faire ensemble»

Xavier Bertrand, le président LR des Hauts-de-France, règle ses comptes. (Eric Dessons/JDD)

Xavier Bertrand, le président LR des Hauts-de-France, règle ses comptes avec Sarkozy, Fillon, Macron, et flingue Laurent Wauquiez, qu’il n’affrontera pas pour la présidence du parti cet automne. Extraits.
Xavier Bertrand se lâche. De la séquence électorale qui s’achève, il parle d’une période « insensée », qui était « imperdable pour la droite et qu’on a perdu ».

« La droite s’est coupée de la société, rétrécie. Au-delà de la défaite de François Fillon, c’est tout cela que nous payons », affirme dans le JDD le président des Républicains des Hauts-de-France,

qui met en avant ses « vraies divergences » avec l’ancien candidat de son camp à la présidentielle pour expliquer son refus de Matignon.

« Je ne veux pas renier mes idées, quelle que soit la fonction qu’on me propose. »

Idem quand Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire, lui propose d’être aux commandes d’un « ministère de l’Intérieur élargi » en cas de victoire. Désormais Xavier Bertrand veut se consacrer à sa région et il l’assure : il ne sera pas candidat à la présidence des Républicains en novembre. Selon lui, Valerie Pécresse « serait une très bonne candidate ».
S’il revient longuement sur la primaire passée – « il n’y avait pas d’idées nouvelles » ou encore « c’était le grand bal des hypocrites » – Xavier Bertrand s’interroge aussi sur la suite. Notamment après le choix de certains dans son propre camp de ne pas appeler clairement à voter pour Emmanuel Macron contre Marine Le Pen au second tour de la présidentielle. « C‘est une fracture terrible, qui reste ouverte. En réalité, il n’y a plus grand chose en commun entre nous. » A ses yeux, entre cette droite et les « constructifs » qui font « un chèque en blanc à Macron », il y a « la place pour une troisième voie ».

SOURCE JDD

Publicités