Vente de Beaulaincourt  et diffamation :   Michel François relaxé

Le conseiller municipal d’opposition béthunois Michel François était jugé jeudi après au tribunal pour diffamation envers Xavier Lucas, le promoteur immobilier pressenti pour la transformation de l’hôtel de Beaulaincourt. 

  •  
  •  

Nouvel épisode dans la saga de l’hôtel de Beaulaincourt. Le conseiller municipal d’opposition Michel François était à la barre, jeudi, pour se défendre d’avoir diffamé le promoteur immobilier du projet, Xavier Lucas. Les faits remontent au 18 octobre. C’est jour de conseil municipal, Xavier Lucas, pressenti dans la vente de l’immeuble, est là pour présenter son projet. Alors qu’il s’apprête à démarrer sa présentation, il est interrompu par Michel François qui souhaite poser plusieurs questions. S’ensuit une « véritable charge » selon son avocat, M e Gollain. Des questions sur l’existence d’un compte bancaire secret au Luxe

 

mbourg, des arriérés à payer, une condamnation à de la prison dans le passé. « Une diffamation publique sur des motifs qui n’en sont pas », selon l’avocat de la partie civile. Rien de diffamatoire pour la défense, représentée par M eBrunet, qui voit en l’élu un « lanceur d’alerte ».

Michel François, conseiller municipal d’opposition : »j’ai posé des questions sur des vérités »

Les faits remontent au 18 octobre, lors d’un conseil municipal où Xavier Lucas était présent pour présenter son projet.  

Pour M e Gollain, Michel François cherchait surtout à régler ses comptes avec le maire de Béthune, à «salir un homme pour servir ses ambitions personnelles ».

« J’AI POSÉ DES QUESTIONS SUR DES VÉRITÉS »

« Effectivement, j’ai voulu poser des questions à Xavier Lucas, se défendra Michel François à la barre.Le but n’était pas de faire mal à qui que ce soit mais de savoir si M. Lucas a eu la décence de répondre par oui ou par non à mes questions. » Ce dernier réfute l’idée d’attaquer le maire plutôt son intention de défendre les intérêts des Béthunois. « J’ai posé des questions sur des vérités . »

Et l’histoire ne s’arrête pas là. Car, en janvier, Xavier Lucas aurait reçu un mail signé par un certain Michel François. Envoyé via WeTransfer, ce message est accompagné de documents : un jugement en date de 2000, un autre de 2002 et un dernier du tribunal d’Arras, datant de 2014 et annulé en 2016. Des pièces justifiant du passé judiciaire de Xavier Lucas. Puis un autre mail, cette fois-ci anonyme. Des mails dont Michel François se défend d’être l’auteur et pour lesquels il a déposé plainte pour usurpation d’identité. Et des documents qui ne prouvent rien, pour l’avocat de la partie civile, et qui confirment des faits déjà connus.

Le tribunal n’a pas suivi la demande de la partie civile qui réclamait 50 000 € de dommages et intérêts, 5 000 € pour les frais de justice et la publication de la condamnation dans deux journaux nationaux. Michel François a finalement été relaxé.

Source La Voix du Nord

NDLR : Rappelons que Michel François s’est vu refusé illégalement par le maire  de Béthune la   protection fonctionnelle dans cette affaire.  faut-il  y voir une complicité souterraine avec son ami le « promoteur ».  Un jugement qui devrait ravir la nouvelle députée qui serait l’artisan de la venue  de notre homme d’affaire dans  la cité  de buridan.

Publicités