Le président du Département MichelDagbert s’engage aux sénatoriales en « sauveur » du PS

Michel Dagbert reste au PS, même s’il a soutenu E. Macron à la présidentielle : « La voix des socialistes doit se faire entendre. » PHOTO LA VOIX.

Début juillet, la consultation des militants socialistes pour désigner la liste qui les représentera a été marquée par des soupçons de fraude. Jean-Pierre Corbisez a revendiqué la victoire alors qu’il a été coiffé au poteau par Yann Capet, après un décompte très suspect au bureau de vote de Liévin. Yann Capet a finalement retiré sa candidature et a démissionné de ses fonctions de secrétaire de la fédération départementale (*).

Mais ce jeudi, c’est Michel Dagbert, qui conduisait une troisième liste (éliminée au premier tour), sollicité par les principaux élus du Pas-de-Calais, qui a pris ses responsabilités en annonçant sa candidature. Avec l’aval des instances nationales ? «  Oui. Ce sera officiel dans quelque temps.  » Il entend conduire une liste avec la MRC Sabine Van Heghe en nº 2 (en vertu d’un accord départemental PS-MRC) et le sénateur PS sortant Jean-Claude Leroy en nº 3.

« Aucune décision n’est prise. Nous travaillons pour trouver une solution la plus efficace possible. »

De leur côté, Jean-Pierre Corbisez et sa nº 2 Françoise Rossignol insistent : «  Notre liste est toujours en lice.  » Trois membres de la commission nationale électorale se sont déplacés la semaine dernière à Lens pour entendre les trois parties en présence. Jean-Pierre Corbisez refuse que Michel Dagbert passe en force. «  On s’appuie sur le vote des militants et on attend la décision la semaine prochaine.  » Le président de l’agglo d’Hénin-Carvin pense être en pole position et considère la démarche de son rival « très dangereuse  ». Élu sénateur (et donc obligé de démissionner de sa présidence), Michel Dagbert mettrait «  en péril  » le maintien d’une majorité de gauche au Département.

Par Laurent Boucher, La Voix du Nord

 Mais ce dernier n’en a cure. Il veut «  arrêter la spirale de la défaite  » du PS aux élections (régionales, présidentielle, législatives) et se dit prêt à devenir sénateur pour «  que le Pas-de-Calais puisse être entendu à Paris  ».

«  Aucune décision n’est prise, indique à Paris Rachid Témal, le président de la commission nationale électorale du PS. Nous travaillons pour trouver une solution la plus efficace possible.  »

(*) La direction collégiale nationale du PS a demandé à l’Arrageois Thierry Occre d’assurerl’intérim à la tête de la « fédé 62 » jusqu’au prochain congrès, prévu en octobre.

 

Publicités