L’enquête qui flingue les syndicats: « Beaucoup d’argent part dans les poches »

Jean-Marc Touly, co-auteur d’une enquête au vitriol sur les syndicats. –

 

Roger Lenglet et Jean-Luc Touly, auteurs du livre « Syndicats, corruption, dérives, trahisons », ont dénoncé  sur BFMTV le fonctionnement actuel des syndicats en France.

Corruption et détournements

Roger Lenglet et Jean-Luc Touly rappellent que la dernière loi sur les syndicats date de 1884, et qu’en vertu de ce texte, ni les organisations syndicales ni les comités d’entreprise n’ont l’obligation de faire certifier leurs comptes. « Dans les grands comités d’entreprises comme la SNCF, la RATP, EDF ou Air France, on constate que des centaines de millions d’euros sont attribués chaque année aux comités d’entreprises; une grande partie est dévoyée et va malheureusement dans les fédérations syndicales des secteurs d’activités concernés », explique Jean-Luc Touly.

« Ça se joue sur des milliards, renchérit Roger Lenglet, si l’on regarde toutes les sources de financement, y compris le fait de siéger dans des organismes paritaires comme le 1% logement, la Sécurité sociale, la formation professionnelle. Beaucoup d’argent part dans des poches personnelles, à travers des systèmes de fausses facturations de rétrocommissions, ou tout simplement de fausses factures ».

Harcèlement moral et licenciement abusif

Les deux journalistes rappellent que l’ancien numéro un de la CGT, Bernard Thibault, avait réussi à faire embaucher son épouse et ses enfants au sein du comité central de la SNCF.

Ils citent aussi le cas du prestataire de service chargé d’organiser l’arbre de noël du comité central de la SNCF: « Il avait été obligé de payer une publicité dans le journal de la fédération CGT des cheminots pour pourvoir avoir le marché ».

Les deux journalistes ont réussi à recueillir de nombreux témoignages de l’intérieur, mais non sans peine, et dénoncent à propos « un véritable système de harcèlement moral et de licenciement ». Ainsi, « le contrôleur de gestion a été licencié de façon abusive », selon eux, après les avoir informés.

Ils ajoutent aussi que de nombreux syndicalistes sont ulcérés par les pratiques internes et veulent faire bouger les choses.

Une « insulte » pour Laurent Berger

Quelques bonnes feuilles de cette enquête ont  été publiées dans L’Express , titré en une « Pourquoi les syndicats sont nuls », sur un montage de photos de trois militants vus de dos et portant les logos de la CGT, de la CFDT et de FO.

La couverture a  fait réagir le numéro un de la CFDT, Laurent Berger. « La couverture de L’Express  est une insulte à l’action des militants de terrain et aux plus de 800.000 adhérents de la CFDT », affirme-t-il dans un tweet. « Les syndicats sont peut-être imparfaits mais ils ne sont pas nuls », a-t-il ajouté dans un autre tweet.

Publicités