Bêlement de chèvre à l’Assemblée: François de Rugy veut durcir les sanctions

 

Après les bruits de chèvre entendus il y a quelques jours à l’Assemblée nationale, son président François de Rugy se dit prêt à réviser l’échelle des sanctions.

Plus question que les séances de l’Assemblée nationale soient parasitées par des bruits de chèvre. Convoqués ce matin pour une « réunion exceptionnelle », les présidents des groupes parlementaires, les vice-présidents et les présidents de commission ont été rappelés à l’ordre par François de Rugy, le président de l’hémicycle.

Il les a ainsi réunis « pour marquer le coup », en leur rappelant « que s’il y avait des choses qui se reproduiraient de cette façon, il y aurait des sanctions. On révisera l’échelle des sanctions », prévient ce 9 août François de Rugy sur Europe 1.

Bruits de chèvre dans l’hémicycle

Jeudi 3 août, la prise de parole de la députée de la Drôme, Alice Thourot, avait été ponctuée par un élu imitant le bêlement de la chèvre. Des « bruits inadmissibles », dénonce le président de l’Assemblée. Il avait alors « mené une petite enquête avec les images vidéos » qui filment les séances, précise-t-il, sans pour autant identifier l’auteur. Pourtant, des témoignages pointaient vers une même personne, appartenant au groupe Les Républicains.

« Moi je ne veux pas jeter l’opprobre sur un groupe et certainement ne pas faire une sanction collective. Je regrette ce type de comportement », déplore-t-il au micro de la radio. Pendant la séance, de Rugy avait directement apporté son soutien à la député:

Tout mon soutien à @AliceThourot : une telle attitude est inadmissible. Nous cherchons à identifier l’auteur et il sera sanctionné. https://twitter.com/alicethourot/status/893104827047301120 

Les membres de l’hémicycle savent désormais à quoi s’en tenir. Actuellement, les sanctions fixées par le règlement de l’Assemblée nationale vont du simple rappel à l’ordre, jusqu’à l’exclusion temporaire de l’auteur, avec une retenue des indemnités.

Martin BUREAU

Publicités