Les maires de Béthune et Bruay s’unissent pour défendre les contrats aidés

MÉRATION

Olivier Switaj et Olivier Gacquerre, les maires bruaysien et béthunois, ont décidé de s’unir pour lutter contre la suppression annoncée des contrats aidés.

Le maire de Béthune dans le bureau de son homologue bruaysien : la scène n’arrive pas tous les jours. Elle a pourtant eu lieu jeudi soir. Olivier Switaj et Olivier Gacquerre avaient des choses à dire à la presse. Et pas des moindres. «  Dans la situation actuelle, les deux villes centre (de l’agglomération) doivent travailler de concert sur certains sujets forts, en dehors de toute considération partisane et politique  », lance le tout nouveau maire bruaysien. Son « confrère » béthunois parle, lui, de «  main tendue  », et de «  coopération entre deux villes qui veulent notamment donner corps à des projets, au-delà des étiquettes politiques  ». La rivalité historique entre les deux communes aurait-elle vécu ? À en croire Olivier Gacquerre, ça commence à y ressembler : «  Ça n’est nullement une alliance de circonstance.  »

Appel aux maires du secteur et marche symbolique le 1er septembre

Il n’empêche, l’actualité semble avoir accéléré leur réflexion : «  Le premier combat, que nous mènerons de manière conjointe, sera contre la suppression des contrats aidés  », explique Olivier Switaj. De nombreux salariés des deux communes et des Sivom du Béthunois et du Bruaysis sont en effet menacés, suite aux coupes budgétaires décidées par le gouvernement Macron.

DSC_0286

Les deux maires ont donc cosigné une lettre de doléances qu’ils remettront le vendredi 1er septembre au sous-préfet. Et ils ne comptent pas y aller seul : «  Nous allons l’envoyer aux cent maires de l’arrondissement de Béthune  », expliquent-ils. Un rassemblement dans le centre béthunois est prévu dans la matinée, avant une marche symbolique vers la préfecture. Maires, élus locaux, personnel concerné et habitants sont invités à se joindre au cortège.

Les principales revendications des deux maires, face à la suppression annoncée des contrats aidés ? «  La fragilisation du service public et la mise à mal du travail d’insertion mené d

Par Reno Vatain , La Voix du Nord

epuis des années.  » Le premier d’une longue liste de combats menés ensemble ? Le futur le dira. En attendant, le changement pour Béthune et Bruay, c’est un peu maintenant.

NDLR : Personne n’est dupe des motifs de ce soi-disant rapprochement des « Olivier ». UDI (Olivier Gacquerre) et PS (Olivier Switaj) au niveau national sont dans l’opposition au gouvernement actuel. Logique qu’ils protestent ensemble contre la suppression des contrats aidés, surtout en cette période électorale : les sénatoriales. Espérons que Olivier Gacquerre saura convaincre son ex-colistière et ex-adjointe, Marguerite Desprez, aujourd’hui députée Modem, soutien de Macron, mais toujours conseillère municipale du bien fondé de leur action.  

Bien discrète cette parlementaire qui avait fait du canal Seine-Nord un de ses arguments de campagne…

Sur le fond nous soutenons l’initiative des deux maires et appelons à participer au rassemblement de protestation du 1er septembre.

Publicités