Mélenchon attaque le FN et «les gros ballots» qui votent pour lui

Lors de son discours de clôture des Amphis d’été de la France insoumise à Marseille, le député s’en est pris au parti d’extrême droite, qualifié de «ramassis de poules mouillées» qui ne «sert à rien».

S’agit-il d’une sortie de route ou d’un dérapage contrôlé? Lors de son discours de clôture dimanche des Amphis d’été de la France insoumise à Marseille, le député des Bouches-du-Rhône, Jean-Luc Mélenchon, s’en est pris au Front national et à ses électeurs. «Eh, les gros ballots, là, qui font du bruit dans les bistrots, hein! Et après vous allez voter FN. Ça sert à quoi le FN? À rien!», a-t-il dit devant un millier de personnes réunies au cœur du célèbre quartier du Panier.
«Regardez ce ramassis de poules mouillées, dans son coin, qui n’a pas un mot à dire, qui ne vous sert à rien (à propos des responsables FN, NDLR). C’est ça qu’il faut leur dire! Le combat il est là! Les gens qui se battent, qui défendent le pays, qui défendent les salariés, ils sont là (à Marseille avec la France insoumise, NDLR)! Et nulle part ailleurs. Les autres sont des gogos, des trompe-l’œil, des illusions, du papier mâché, des tigres en carton. Rien!», a-t-il encore asséné, comme pour se distinguer de Marine Le Pen malgré les nombreux points communs qui rapprochent leurs programmes économiques.

Collard dénonce «un propos de bourge sur le peuple»

La charge de Jean-Luc Mélenchon ne doit rien au hasard. Habitué des saillies contre le parti d’extrême droite et ses électeurs – il avait traité l’un d’eux de «crétin» sur un marché d’Hénin-Beaumont en 2012 -, le tribun de la gauche radicale s’exprimait ce dimanche dans une ville où le FN est très puissant. En effet, bien qu’il soit arrivé en tête au premier tour de la présidentielle à Marseille, avec 24,82% des voix, Mélenchon était à l’époque talonné de près par Marine Le Pen, qui a obtenu 23,66% des suffrages.
Interpellés, les cadres du Front national ont tenu à répondre immédiatement aux propos du chef de file de la France insoumise. «J’avais proposé à Jean-Luc Mélenchon de prendre un café. Je lui propose de le prendre dans un dans un bar de “gros ballots”. Il verra le peuple», a tancé le vice-président du parti, Florian Philippot, sur Twitter. Même tonalité pour le député apparenté FN du Gard, Gilbert Collard, qui a fustigé sur le réseau social «un propos de bourge sur le peuple».

Source  Le FIGARO

Publicités