Islam de France: «La montagne a accouché d’une souris»

Un an exactement après la relance du projet d’islam de France, trois sénateurs déplorent l’absence de toute «avancée sérieuse» en matière de contrôle des financements, de taxation des produits halal et de formation des imams.


Un an, jour pour jour, après la relance du projet d’«islam de France», trois sénateurs membres de la mission d’information sur l’organisation de l’islam en France tirent la sonnette d’alarme. «Aucune avancée sérieuse» n’a été observée depuis que Bernard Cazeneuve, alors ministre de l’Intérieur, a annoncé lors d’une «journée de consultation sur l’islam de France», le 29 août 2016, le lancement d’une Fondation de l’islam de France, laïque, à vocation culturelle, confiée à Jean-Pierre Chevènement, et d’une association cultuelle chargée du financement, notamment de la formation des imams. «La montagne a accouché d’une souris», déplorent dans une tribune envoyée à l’AFP, que Le Figaro s’est procurée, les sénateurs Corinne Féret (PS), Nathalie Goulet (UDI) et André Reichardt (LR) qui ont rendu en juillet dernier les conclusions de leur rapport d’information.
En un an, les mesures prises se comptent sur les doigts de la main. «C’est juste épouvantable!», s’exclame André Reichardt, contacté par Le Figaro. La Fondation de l’islam de France a accordé en avril une subvention aux scouts musulmans et a annoncé de prochains partenariats avec une association proposant des cours de français aux migrants et aux imams. En octobre prochain entre en vigueur un décret instituant à l’égard des aumôniers militaires, hospitaliers et pénitentiaires l’obligation d’être diplômé d’une formation agréée comprenant un enseignement relatif aux grandes valeurs de la République. En dehors de ces trois mesures, «tout le reste est en rade», explique le sénateur.

L’urgence du contrôle des financements, notamment étrangers

Reprenant les conclusions de la mission d’information, André Reichardt estime que l’existence de deux entités distinctes – l’une culturelle, l’autre cultuelle – rend l’entreprise hasardeuse. «Nous aurions dû plutôt relancer la Fondation des œuvres de l’islam de France créée en 2005. Aujourd’hui, l’association cultuelle, chargée des financements, n’est pas encore sortie des fonts baptismaux. Quant à la Fondation de l’islam de France, à vocation culturelle, elle ne dispose d’aucun moyen et ses objectifs ne sont pas suffisamment définis», explique le sénateur.
Trois grands chantiers, imbriqués, sont au point mort, regrettent les trois élus dans leur tribune. Le premier concerne les financements de l’islam de France, qui devraient être centralisés au niveau de l’association cultuelle. «Cela concerne notamment les financements étrangers», explique André Reichardt, qui rappelle que, lors des auditions de la mission d’information, les représentants des États concernés, comme le Maroc, l’Algérie, la Turquie ou l’Arabie saoudite, avaient donné leur accord à ce que leurs financements transitent par une telle association. «Elle pourrait également avoir un droit de regard sur les financements locaux qui, souvent, par des divers accommodements, financent des dépenses cultuelles, alors que la loi de 1905 l’interdit», ajoute l’élu.

Formation des imams: «Il faut réformer la loi de 1905»

En matière de formation des imams, les avancées sont là encore anecdotiques. «Les attaques terroristes perpétrées en France depuis 2015 et l’implication, au premier plan, d’un imam dans les attentats de Catalogne doivent conduire les politiques publiques à œuvrer dans le sens d’une meilleure intégration (…) du culte musulman dans la société, par le biais d’une formation académique des cadres religieux», écrivent les trois sénateurs. «Il faut des formations théologiques pour les imams car n’importe quel fidèle peut aujourd’hui devenir imam dès lors qu’il est désigné par sa communauté. Quant aux 300 imams qualifiés, ils le sont à l’étranger», précise André Reichardt. «On a rencontré à l’Institut Mohammed VI à Rabat des personnes qui n’avaient jamais rencontré un juif de leur vie. Ils ne connaissent pas le contexte français. C’est pourtant éminemment important. Peut-on aujourd’hui parler du génocide arménien à un imam formé en Turquie?», lance le sénateur.
Selon André Reichardt, il est urgent que les universités publiques et non des instituts privés proposent des formations en théologie: «Il faut organiser de telles formations à l’Université de Strasbourg puisque le régime concordataire en Alsace-Moselle [qui n’a pas été abrogé par la loi de séparation des Églises et de l’État en 1905] le permet». Et d’ajouter: «Je souhaite par ailleurs déposer une proposition de loi pour réformer la loi de 1905 de sorte à inscrire dans la loi l’obligation d’une qualification professionnelle pour les ministres du culte. Il n’est pas nécessaire que celle-ci soit accordée par l’État, les religions peuvent l’organiser elles-mêmes, à l’image de ce que font déjà les catholiques, les protestants ou les juifs.

«Aucun véritable accord sur la taxe halal n’a vu le jour»

La troisième priorité concerne la mise en place d’une contribution «volontaire et négociée» de la filière halal. Mais «aucun véritable accord sur la taxe halal n’a vu encore le jour», écrivent Corinne Feret, Nathalie Goulet et André Reichardt dans leur tribune. Un premier pas avait pourtant été franchi en mars 2016 avec l’adoption de la charte halal par le CFCM, définissant le «caractère halal des produits carnés ainsi que les règles d’hygiène et de sécurité lors des abattages». «Les recettes fiscales générées pourraient être réparties entre différents projets de formation et de création de mosquées, afin d’assurer une parfaite transparence», notent les trois sénateurs.
Selon ces parlementaires, «il faut absolument donner aux communautés musulmanes les moyens de ne plus être les otages des terroristes qui dévoient l’islam» et qui ont commis en France des attaques djihadistes ayant fait 239 morts depuis janvier 2015. Pour les trois sénateurs, la fermeture administrative des lieux de culte «est une réponse insuffisante à la surenchère radicale», alors qu’environ 17.400 personnes sont recensées dans le FSPRT, le fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation, créé en 2015. Il est «de la responsabilité politique et sociale du président de la République et du gouvernement de relancer de façon la plus urgente les avancées du précédent gouvernement et le travail proposé par notre mission sénatoriale, dont le travail a été unanimement salué», concluent les élus.

SOURCE LE FIGARO

Publicités